帰宅/ Sur le chemin du retour…

Voilà, c’est presque l’heure. Je suis allé revendre le vélo que j’avais acheté en arrivant. Demain, je rendrai toutes les affaires que l’on m’a prêté (frigo, micro-onde, toaster, futon, draps…). L’appartement est plus propre encore qu’en arrivant, et comme à chaque fois que je déménage, je me dis que c’est moi qui mérite cette chambre propre et rangée… Demain, je remets dans ma valise toutes mes affaires déballées, je ferme la porte et je rends les clés… Je vais ensuite refaire dans le sens inverse chacun des pas qui m’ont amené ici il y a 5 mois, descendre les escaliers de mon dortoir puis me diriger vers l’arrêt de bus à l’entrée de l’université. J’emprunte le même chemin, et j’ai l’impression de rembobiner la cassette… Descendre à la station Takanohara et prendre le train qui remonte jusqu’à Kyoto. L’immense gare où je me sentais perdu la première fois m’est devenue familière depuis. J’achèterai ensuite le billet de shinkansen qui m’emmènera jusqu’à Tokyo et irai dormir dans le même hôtel capsule des alentours de Shinjuku. Pas de connexion internet, ni d’ordinateur pendant ces jours de voyage, et c’est pour cela que je me permets d’écrire à l’avance ce billet. Réveil très tôt pour prendre le métro encombré par mon énorme valise, je devrai ainsi éviter la rush hour que j’ai subi chaque jours pendant le mois passé à l’école de langue de Tokyo. La Yamanote line, Nippori, puis le Keisei qui m’emmène jusqu’à l’aéroport de Narita. Tous ces noms familiers aujourd’ui et qui me faisait peur quand je planifiais mon grand voyage au Japon. J’avais été émerveillé en arrivant la première fois par les paysages de campagne japonaise et par l’uniforme d’une lycéenne endormie sur mon épaule…

L’avion décolle à 11h40 au matin et après 15h30 de vol, je poserai à nouveau les pieds en France. La boucle sera bouclée. J’espère ne pas oublier trop rapidement ce que j’ai vécu ici. Et qui sait peut être que je reviendrai lors d’un autre voyage apprécier en tant que simple touriste tout ce que je n’ai pas pu voir.

Au dessus des nuages… (suite)

Moment d’aller se coucher, on marche en chaussettes dans les allées bordées de futons ou les gens dorment les uns contre les autres. Vient le moment également de vouloir se changer, il est 10h du soir, on a prévu de repartir 3 heures plus tard afin d’assister au lever du soleil. Avec l’averse et le vent, j’avais eu assez froid sur la fin. J’ouvre le sac pour dormir avec mon T-shirt sec de rechange… Je me suis moqué un peu rapidement des japonais suréquipés qui avait mis leurs sacs dans d’autres sacs imperméables… Tout est trempé, billets, vêtements de rechange, nourriture. J’accroche sans vraiment y croire mon T-shirt dans le couloir en espérant le retrouver sec d’ici quelques heures. Le réveil, avec l’impression d’avoir fermé les yeux à peine quelques minutes, et comme prévu, je garde mon T-shirt mouillé avec un imperméable au dessus… La route était surchargée avant, c’est pire maintenant, mais avec le sommeil et la fatigue on ne se sens de toute manière pas capable d’aller courir vers le sommet quelque part plus haut dans la nuit. Il faut alterner les passages d’escalade avec l’attente que les gens devant avancent. 2 Heures à végéter dans le froid à suivre moitié endormi le sac qu’on a devant les yeux.

Puis la délivrance… plus rien à grimper, on se retrouve au milieu d’un regroupement de chalet et de temples avec lumières éblouissantes. Je retrouve tant bien que mal mes compagnons japonais, on se perds, on se retrouve, puis on attends qu’une place se libère pour aller manger. J’ai très très froid. Il fait en dessous de zéro degré vu la glace, et le vent souffle en rafale. J’ai sur moi un T-shirt humide et un imperméable trop grand. On a finalement une place au chaud, et l’on aperçoit dehors le ciel qui s’éclaircit. On n’apercevra finalement pas le Soleil, trop de nuages à l’horizon, par contre plusieurs beaux clichés de la région qui s’étend au pied la montagne; le village d’où l’on vient, les fameux lacs qui entourent le volcan et la ville de Shizuoka au bord de la mer.

On fait le tour du cratère, puis calligraphier et tamponner nos Goshuinchou (carnets de visite des temples du Japon). Puis on se sépare, je reste avec mon sempai, on a prévu de rentrer en shinkansen, et l’on choisit la route la plus dure à descendre (celle avec des blocs de pierre et de la roche). Le Soleil est levée depuis longtemps et il faudra 5h pour redescendre à la 5ème station où l’on prendra le bus pour Shizuoka.

Le bus complétement vide passe au coeur de la forêt que l’on a traversé avec peine hier, puis des petits villages pas très riches mais très typiques, et longe finalement l’océan Pacifique avec sa couleur de carte postale. Peut être aurais-je l’occasion d’y nager une autre fois, pendant un autre voyage.

NB: Mes bras et ma tête ont pris le soir même une belle couleur rouge. Une vendeuse me conseillera un spray soit disant super efficace avec comme argument que cela vient de France (je connaissais pas), mais au quadruple de la crème pour coup de Soleil de base…

Au dessus des nuages... (suite) dans Daily life DSCN0568

 

Au dessus des nuages…

1 mois depuis le dernier article et une semaine avant de revenir…

Depuis la dernier fois, j’ai fait pas mal de choses. Pas autant que ce que j’aurais pu prévoir. Je pensais en arrivant faire un mini-tour de la région, voir chercher la fraicheur à Hokkaido (l’ile la plus au nord du Japon) pendant le mois d’Août… Mais pour être honnête, je me sens pas l’âme à faire du tourisme en solitaire et j’ai reçu le 1er mail de mon banquier pour me dire que mon compte ne permettait pas les découverts. Le cours du Yen (la monnaie japonaise) est catastrophique, c’est simple si j’avais fait mon voyage y a 4 ans, tout aurait été 2 fois moins cher. Mais ça fait partie des détails techniques :)

Nouvelle série de photo « Trip ». Il manque quand même plusieurs sorties voir des festivals de l’été O-bon en kimono et avec mon sempai. Il n’y a pas vraiment de poche dans un kimono donc pas d’appareil photo avec moi…

Donc première partie des photos, c’est le weekend organisé par les étudiants à Ama no hashidate célèbre pour son ile rattachée par une fine bande de terre boiséee qui ressemble à un dragon quand on regarde à l’envers… Ah oui, et j’avais laissé l’appareil photo dans la voiture XD Mais j’ai réussi à glaner les photos des étudiants donc je rajouterais plus tard. Donc après midi sur la plage et soirée barbecue et feux d’artifice dans des chalets perdus das la montagne.

La deuxième partie, celle dont je suis le plus fier^^ L’ascension du mont Fuji. Et pas la version simplifiée pour touriste ou fainéant… Départ de la base du volcan ce qui fait pour arriver jusqu’au sommet à 3800mètres, 16heures de marche! Départ assez tranquille d’un ryokan (hôtel traditionnel) à9h avec une halte rapide dans un temple en bordure de forêt, puis on reprends la route ou plutôt le chemin vu que la majeur partie se fait en forêt. Le plus gros ennemi, c’est la chaleur conjuguée avec l’humidité; envie de s’arrêter toutes les 10min, s’éponger avec une serviette complétement détrempée et se rendre compte que les stations pour les grimpeurs ont été abandonnés. J’avais lu avec attention les conseils sur internet « l’eau est trop lourde, préféré l’acheter au fur et à mesure »… Le Japon est parsemé de distributeur de boisson tous les 500mètres… sauf en forêt évidemment. Heureusement, un couple de personnes âgées tenaient une cabane où ils donnaient à qui tentait l’ascension depuis la base boissons fraiches et bonbons… et gratuitement. C’est ce qu’on appelle des ボランティア (volontaires), les mêmes qui se proposent pour aider à Fukushima. J’ai demandé à mon sempai si on devait donner quelque chose pour les remercier, mais non, ce sont des bénévoles complets…

Je passe ensuite sur les heures de marche nécessaires pour arriver jusqu’à la cinquième station, accessible en bus :x Et qui marque le passage entre la forêt et les pentes volcaniques composées de roche et de caillasse d’éruptions passées. Jusqu’à maintenant, on avait rencontré 4 personnes, en 6 heures. A partir de maintenant, on se mêle à des groupes de japonais tous équipés de vêtements imperméables aux couleurs improbables :) C’est à peu près à cette altitude que les nuages résident, et donc ça ne manque pas, on a le droit à une grosse averse pendant 1 bonne heure (Ça m’aura rentabilisé le manteau acheté). On continu la marche qui par plusieurs endroits ressemble à de l’escalade où l’on mets à profit ses chaussures crantées et où l’on hésite pas à s’agripper à la chaine  qui mène jusqu’au sommet. Il est 8h. La nuit est tombée, le chemin est surchargé; tout le monde est à la file indienne dans le noir avec sa lampe frontale, il fait froid…

On s’arrête à la 8ème station. Un bâtiment à flanc de montagne sur un étage où l’on paie 80€ pour quelques heures de sommeil. Ça paie pas de mine, on dort les uns contre les autres, les toilettes sont payants, sans chasse d’eau et donne sur… le réservoir du dessous. Mais dans ces moments là tout te va, et le repas de riz blanc avec sauce curry devient succulent, par contre comme pour les toilettes, l’eau étant rationnée et faudra se contenter d’un gobelet d’eau XD

 

温泉 (onsen)

Les activités hors labo sont prises très au sérieux, il faut créer l’esprit d’équipe donc plusieurs sorties sont organisées chaque année. Je suis donc allé pendant 2 jours dans un onsen des environs de Kanazawa (une ville de la mer intérieur). En distance, c’est pas extrêmement éloigné mais ça prends 5h30, en alternant bus et trains. La Japon ayant une chaine de montagne, quand on doit aller de l’autre coté  ça prends du temps et c’est bus obligatoire vu que l’on traverse ce qui s’appelle les Alpes japonaises. La région est connue pour ses eaux thermales et les villes sont centrées sur d’énormes hôtels (un peu à l’image de celui qu’on voit dans Le voyage de Chihiro pour les connaisseurs). Le principe du onsen est assez proche du spa. Des eaux volcaniques qui remontent avec des propriétés bénéfiques pour … (insérez ce que vous voulez^^). Par contre, ce qui change c’est clairement ce qu’il y a autour des bassins à 42°C.

温泉 (onsen) dans Daily life DSCN0505

La culture japonaise passe par là, on est ici pour se détendre donc on dort dans des chambres traditionnelles (sol en tatami, portes coulissantes, futon à placer et ranger dans le placard, service de thé… et kimono et « tong » a disposition pour se sentir à l’aise. Jusque là pas de soucis, je suis même super beau d’après une des étudiantes avec mon kimono^^ Ça se complique après quand un ami propose à tout le monde d’aller tester les bains… On passe un mini rideau avec marqué homme dessus, puis c’est le vestiaire, retirez tous vos vêtements et marchons vaillamment entièrement nu vers la salle des bains. Là c’est le moment de se laver, assis sur un tabouret à coté des bassins. Et faut bien frotter partout partout et bien rincer sinon c’est une faute grave :o Après ça seulement, on a le droit de s’ébouillanter. Avec la température, même sans mettre la tête dans l’eau on est trempé donc on a une mini serviette qui sert à s’éponger, mais attention! elle ne doit pas toucher l’eau sinon faute également, donc si tu trouves un endroit sec tu peux la poser à coté de toi, sinon c’est plié en quatre et poser sur la tête (japanese style) XD Ah oui et pour les pudiques, la serviette peut faire office de cache sexe quand on se balade hors du bassin mais bon, c’est vain vu que l’on doit de toute manière se laver, se rincer, entrer dans l’eau transparente…

Bon au final, cela étant dit, c’était pas si terrible, et ça permets de se sentir super bien en kimono pour le reste de la soirée :)

NB: pour l’anecdote, sur le chemin du retour le bus à fait escale à Tsukiusagi, faut traduire ça par lapin-lune… Un mini parc avec temple et boutique souvenir bien sûr… Consacré à des géants des Flandres XD C’est pas avec ça qu’ils vont m’épater ^^ La race se prononce furamishu djai-ent (flemish giant quoi^^) Ah oui, et les japonais sont dégoutés quand je dis qu’en France on élève les lapins pour les manger, ici ça à l’air d’être une sorte d’animal de compagnie :)

台風 (typhon…)

Oula avec un titre comme ça je double la fréquentation du blog… Non? Bon ok, ça fait juste flipper ma mère ;)

Donc voilà après les tremblements de terres, le danger nucléaire de Fukushima, j’ai testé le typhon. Parenthèse, il faut remercier les japonais vu que le mot « taïfou » et comme pour « tsunami » importé partout dans le monde. De quoi être fier hein?^^ Bon au final, y a pas de quoi avoir peur, c’est près des côtes et particulièrement dans les iles du sud du Japon qu’ils sont puissants. A Nara, c’était plutôt le mur d’eau avec les rafales de vents qui t’obligent à rentrer chez toi sans parapluie sous peine de devoir en racheter un… Même les japonais qui ont d’habitude du mal à s’en séparer même par beau temps, ont du se résigner à simplement courir tête baissée :)

C’est le premier par contre c’est pas le dernier. En moyenne, il y en a 3 qui passent sur l’île principale Honshu (là où je suis). C’est la faute au climat tropicale dans le sud. Climat qui me donne le droit de savourer la douce chaleur de l’été Euh qui donne le droit à un mois de saison des pluies (« tsuyu » en juin) suivi par des températures  aux alentours de 30°C tout en gardant bien sûr le taux d’humidité du mois d’avant… Je vais souffrir. C’est très simple ici tout le monde utilisait la clim’ avant que le gouvernement ne ferme toutes les centrales nucléaires (30% de la production d’électricité) et ne demande des économies d’énergies de 15% dans ma région :x Heureusement, cette semaine, il a l’air d’être revenu sur la décision afin d’éviter de plomber l’industrie d’Osaka, la grande ville d’à coté et prévoit de redémarrer deux centrales pas loin. Le labo a fêté ça en remettant l’ai conditionné en position frigo XD

Que dire sinon que les japonais sont parfois super attendrissants. Particulièrement quand ils essaient de communiquer avec moi. J’ai eu le droit de voir une étudiante japonaise s’approcher furtivement dans mon dos, s’excuser platement et me montrer une feuille avec écrit à la main et en anglais si je voulais venir avec les autres étudiants du labo à une sortie pendant 2 jours en août. Ou alors un autre qui veut vraiment apprendre à parler anglais, et donc vient souvent à coté de moi puis réfléchit pendant 5min pour me sortir une pauvre phrase. Je crois que je leur fais un peur :)

Go-en (御縁)

Donc aujourd’hui, j’ai pas d’électricité dans mon appart donc je me suis dit que c’était le moment de mettre de nouvelles infos ici :)

J’ai pu faire pas mal de choses depuis la dernière fois. La visite des temples de Yoshino au moment des cerisiers en fleur (une route qui passe dans les montagnes boisées du sud de la préfecture de Nara). Au passage, pris en autostop sur le chemin du retour sans avoir rien eu à faire ou à demander. J’ai même eu le droit d’être conduit près de mon univ, ce qui m’a évité de payer un bon bout de chemin en train (2heures de descente à pied +1h de train). C’est dans ces moments là que je suis content d’être étranger, je crois que c’est une attention particulière pour les gens paumés comme moi ;)

On m’a aussi invité à un barbecue dans un parc d’Osaka au plus fort du hanami. Le parc qui est pourtant gigantesque était rempli de familles et groupes d’amis venus piqueniquer un après midi ensoleillé sous les fleurs de cerisiers. Une tradition purement japonaise, et je dois bien avouer que je me suis demandé au début ce que je faisais là. Je connaissais qu’une personne sur 20. Mais c’est sans compter sur la gentillesse japonaise (encore… je vais vous bassiner avec ça). J’ai passé une bonne partie de l’aprem avec une japonaise (que je ne connaissais pas) à discuter en japonais alors que je sais à peine le parler. Pas de photo, par contre des bons souvenirs pour un temps :)

Le dernier weekend, je l’ai passé à Kyoto avec mon sempai, la fille du parc (Ayano), une amie à elle et un dernier qui avait une voiture pour nous conduire XD Très important ici, tout le monde n’a pas de voitures. Chaque semaine, le jeudi soir, c’est restaurant avec les « collègues » et à chaque fois, on réquisitionne le gars qui a une voiture suffisamment grande pour 5 :) Bon pour revenir à Kyoto, on a fait le tour de plusieurs temples (Sanjuusangendo un temple bouddhiste aux milles statues de la déesse Kannon, le Kinkakuji un temple doré à la feuille d’or et Fushimi Inari dédié comme son nom l’indique à la divinité Inari… un renard; et y en a beaucoup d’autres…). Bien sûr, on s’est fait un plaisir de m’expliquer ce que je voyais et comme tout japonais qui passe dans un temple, j’ai fait ma prière et jeté une pièce pour que les kamis (dieux) la réalisent. Passage très sérieux et codifié ! On monte les marches, on jette une pièce de 5 yens, on tire sur une corde qui fait sonner une énorme clochette (pour attirer l’attention des dieux), double salutations japonaises, taper dans ses mains deux fois, les garder jointes, fermer les yeux et faire son vœu :P

C’est très superstitieux, la pièce de 5 yens vient du fait qu’elle  se prononce « Go-en » comme le mot « bonne relation » donc c’est soit à l’attention des dieux, soit en rapport avec son vœu^^

On a terminé la journée en allant manger dans un restaurant de « chabou-chabou » (しゃぶしゃぶ), où la nourriture est à volonté, la boisson aussi si on a pris le supplément « nomihoudai » (alcool compris). Puis on se prépare soit même son repas assis sur des tatamis autour d’une table avec plaque chauffante et une mini marmite. Au passage, j’ai pu apprécier les restes du modèle sociale homme-femme japonais. Le repas est préparé par la femme de préférence et je n’ai pas le droit de me servir moi même du saké, donc à chaque fois, c’était Ayano qui veillait à ce que ma coupe ne soit jamais vide. J’avais pour l’instant vu ça uniquement dans des vieux films de samurai XD

Astuce du jour: dire aux gens que l’on rencontre que l’on compte escalader le mont Fuji (la plus haute montagne du Japon, 3800m). Seulement 1% des japonais l’on déjà fait, et vu que le mont Fuji est un symbole fort même ici, je vais presque devoir choisir avec qui je le fais ;)

Go-en (御縁) dans Daily life DSC00104-300x225

 

 

Poser ses valises…

Voilà c’est fait, je suis installé pour de bon, enfin pour un certains temps. Appartement 310 du bâtiment 4, si vous voulez tout savoir. Ça fait un peu peur comme ça, en fait l’université du NAIST est en pleine campagne japonaise donc entourée de collines boisées et de rizières (avec les rainettes qui vont avec…). L’idée c’est de faire un centre technologique donc c’est assez grand. J’ai bien sûr eu le droit à l’accueil à la japonaise. On est venu me chercher à la gare, j’ai d’ailleurs pu montrer la ponctualité européenne (15min de retard), j’ai hésité à monter dans un train qui partait je ne sais où. Les petites lignes utilisent parfois entièrement des kanjis et y a pas de miracles quand on sait pas les lire ;) On m’a fait faire le tour de l’univ, remplir des papiers, rencontrer tous les gens du labo, j’ai reçu une pluie de compliments sur mon japonais ponctué de « Sugoi » (Wahou, incroyable). Compliments que je suis loin de mériter, ça fait partie de la politesse ici, et c’est plutôt agréable je dois bien l’avouer :) Ensuite on m’a monté toutes mes affaires à l’autre bout du campus au 3ème étage (en réalité, c’est le 2ème pour un français) donc frigo, matelas, couette, micro-onde, moi j’ai eu le droit de porter le grille pain^^ Donc voilà  bien installé, j’ai même la clim et d’après ce que j’ai entendu ce sera bien utile cette été et particulièrement pendant la saison des pluies ou se mêlent humidité et chaleur estivale XD

Poser ses valises... dans Daily life DSCN0399

J’ai au passage fait des frais et acheté un vélo neuf. Je mens pas quand je dis que c’est la campagne, le supermarché le plus proche est à 20min de marche, pareil pour la gare, la poste, la banque. Sur place j’ai le resto de l’univ ouvert même le soir et un kombini (genre d’épicerie ouvert 24h/24 et donc cher). Ah y a aussi un loueur de dvd à 50cts la semaine, je sais pas comment il fait pour être rentable à ce prix là. En tout cas, c’est une véritable galère à chaque fois que j’y vais. Ben oui les japonais traduisent le nom des films occidentaux et les rayons sont rangés par catégories improbables, ブルースウィリス ou SF映画…

NB: C’est la saison des cerisiers en fleur (o-Hanami)et du beau temps donc c’est pas impossible qu’il y ai des photos là dessus ;)

La fin du début

Déjà un mois que je suis ici, je m’en rends compte quand je dois commencer à penser à mon déménagement prochain pour Nara et le début de mon stage. Réservation du billet de Shinkansen et des hôtels capsules :)

J’ai passé aujourd’hui le test de fin de semestre à mon école de japonais. C’était assez facile, niveau écrit j’ai largement le niveau (faut dire que j’ai arrêté et recommencé plusieurs fois le japonais^^), la partie orale c’était avec une prof qu’on avait encore jamais vu et que je suis content de pas avoir eu.  C’était très déstabilisant la façon dont elle s’intéressait aux pauvres phrases que je disais, tous les japonais font ça par politesse, mais là ça faisait presque peur XD J’aurais le droit à une petite cérémonie de remise de diplôme d’ici la fin de semaine ;)

Entre temps, j’ai pu prendre contact avec les étudiants qui s’occuperont de moi à l’université. J’ai même eu le droit de me faire inviter dans un restaurant typique japonais, de me goinfrer et de pas payer les 3.000Y que j’ai mangé. Donc très sympa, je compte plus les fois où j’ai mangé au resto sans payer :)

NB: Sur les nouvelles photos (Japan_3), les parties montagnes correspondent à deux sorties que j’ai fait. La première série l’ascension du mont Takao (600m), très très populaire surtout le jour férié où j’y suis allé. On peut même un peu distinguer le mont Fuji, j’ai piqué un somme sur le flanc de la montagne et en me réveillant j’ai entre aperçu le fameux Fuji-san, mais sur les photos ça passe mal (comme d’habitude). Pour voir quelque chose, il faut pencher l’écran (ou sa tête au choix).

La fin du début DSCN0254

La deuxième série, c’est le mont Mitake (1000m) avec un temple shintoïste au sommet après une série de 300 marches je crois. Par contre là pour le retour, j’ai pris le téléphérique. Petite anecdote qui illustre la gentillesse ou au moins le sens des responsabilités des japonais. Je suis allé au centre d’information pour les touristes qui font l’ascension du mont Mitake. Touristes dans cette partie de la campagne ça veut dire japonais. Résultat, j’ai eu un peu de mal à me faire comprendre quand j’ai découvert que je devais prendre le bus. Au final, la personne de l’accueil a choisi de me montrer la route que je devais prendre pour accéder jusqu’au sentier de l’ascension, soit 40minutes de marche pour éviter à un touriste de se perdre XD Je peux qu’espérer qu’on puisse voir la même chose en France ^_^

 

Daily life

Aujourd’hui, j’ai appris à dire que j’écrivais des articles sur un blog (ブログに日記を書きます。) donc je vais essayer de continuer à le faire^^

Je commence à avoir mes habitudes. Chaque jours, je me lève à 7h, en général je suis réveillé avant à cause du Soleil, car ici il se lève en ce moment vers 6h du matin. Je descends et je dis bonjour avec un grand Ohayoooo. En fonction des jours j’ai le droit à un semblant de déjeuner occidental avec du pain de riz ou alors quelque chose à base de riz, voir de la pizza XD Oui l’idée du déjeuner est un peu différente ici. Je prends ensuite le métro, je suis tout juste à la fin de la ラッシュアワ-/rush hour/heure de pointe donc si je viens trop tôt on est entassé dans une rame trop petite, ils ont même prévu du personnels pour pousser les gens à l’intérieur. Autant dire que quand je vois un employé avec en uniforme bleu avec ses fameux gants blanc, je me dirige vers une autre rame.

Après y a les cours de japonais, fait en partie en anglais avec quelques morceaux de la langue des signes. Et vers midi le moment de se trouver un endroit pour manger. Soit ensemble soit solo, ça dépends des jours. Donc chaque midi, j’ai le droit de montrer à quel point c’est difficile de manger des nouilles avec des baguettes. Surtout le moment après les avoir trempé dans un bol de sauce jusqu’à la bouche. Les nouilles font bien 20cm, donc j’éclabousse systématiquement autour de moi et moi même. Je ramène des souvenirs sur mes manches de pull^^

Daily life dans Daily life DSCN0066

L’après midi est libre, j’essaie de visiter autant que je peux, malheureusement il fait pas super beau et en fin de compte les choses qui m’intéresse le plus se font uniquement quand il fait beau. Donc en ce moment, c’est surtout musée. En sachant que les musées sont fait à la base pour les japonais les traductions en anglais sont soit minimalistes soit en supplément avec un casque audio. J’ai d’ailleurs pu vérifier le service à la japonaise. Je me suis pointé  dans un musée et ai découvert après qu’il était entièrement en japonais. J’ai été posé la question à l’accueil. Bien sûr personne, ne parle anglais (ou ne veut s’essayer) donc c’est la panique on appel le supérieur. J’ai finalement eu un docteur en biologie qui est venu pour me demander en anglais ce que je voulais savoir. Il a bien passé un quart d’heure à s’excuser et à chercher un moyen de m’aider alors que c’était depuis le début de ma faute :/

Finalement, je termine par de la grosse news, je suis obligé de mettre ce qui est intéressant à la fin pour augmenter la fréquentation du site. Donc depuis que je suis arrivé j’ai eu la chance d’avoir 4 tremblements de terre (Jishin) ! C’est de faible intensité mais suffisant pour me réveiller la nuit. Je suis au dernier étage de la maison donc ça explique surement que je les ressente facilement. Ca donne l’impression d’avoir un gros camion quand on est sur un pont. Donc plus drôle qu’autre chose. J’ai eu le droit de voir ce matin que la probabilité d’avoir un séisme de niveau 7 était de 70% d’ici 4 ans, ça par contre c’est moins drôle ;)

earthquake-300x256 dans Daily life

Premiers jours

Je fais quelque chose de rapide. Je vais essayer de mettre des photos mais très honnêtement j’ai l’impression qu’il faudrait filmer plutôt que de se baser sur mes clichés de 1 je suis pas très bon et je peux pas me permettre de prendre en photo les visages des gens et de 2 l’appareil photo rends pas hommage à la réalité, ben oui ça bouge pas puis c’est pas franchement fidèle niveau couleurs. J’ai passé mon level test hier, bon ça a été un échec, je réussis rarement du 1er coup coup (Abderrahmane sait de quoi je parle, pipette, expérience tout ça…). Donc j’ai été en retard, 40min c’est ce qu’on peut appeler être en retard donc pas fini la test, j’avais pas ouvert un bouquin de japonais depuis qqes mois donc bon… Enfin c’est pas ce qui m’a empêché d’être en retard le lendemain non plus XD J’ai demandé à Mika la mère  de ma host family, un schéma de la route à suivre pour prendre un ligne qui est à 20min à pied mais qui est moins cher… Bon ben je me suis perdu, et quand on doit revenir sur ses pas d’un trajet de 20min ça fait prendre un peu de retard^^ J’ai quand même eu mon 1er cours. Une classe de 4 suédois, une brésilienne, autre française et une suisse. Ça va, j’ai déjà suffisamment pris l’habitude de baragouiner un mélange d’anglais/japonais. Donc c’est orienté conversation et c’est parfait même si niveau écrit je suis nettement meilleur, c’est pas très utile. Les 350 kanjis que je connais me servent à rien, à part peut être recevoir les compliments de la sensei (prof). Sinon il fait froid (7° aujourd’hui) donc bon les photos des parcs attendront, et de ce que j’ai entendu la saison des cerisiers en fleur (hanami) devrait pas arriver avant fin mars.

Premiers jours dans Arrivée DSCN0076-300x225

12

  • Album : Trip
    <b>DSCN0516</b> <br />

Destination... Cuba, île ma... |
Ebooking |
CAP A L'EST |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Pile Poil
| Fille au pair aux USA.. Rêv...
| tahomabeach